Entrevue avec Juliette Gosselin

 

Cette semaine, nous nous entrenons avec l’incroyable Juliette Gosselin qui interprète de le rôle de Berthe Sauvageau avec brio et compassion. Si vous avez déjà vu le film, vous pouvez témoigner de son charisme. Elle est inoubliable et son personnage deviendra, sans aucun doute, un classique du cinéma québécois en lui seul.

 

Juliette Gosselin - Embrasse-moi comme tu m'aimes

 

Question: Quelles ont été tes impressions quand tu as lu le scénario pour la première fois? Est-ce que la relation complexe de Berthe et Pierre ont été un frein dans l’acceptation du rôle?

Juliette Gosselin: Non, absolument pas et je voulais instantanément le rôle. Quand j’ai lu le scénario, il m’a vraiment touché parce que je connais des jumelles dont l’une est handicapée et l’autre non. Elles ont une relation très particulière aussi. Ce sont des jeunes filles que je côtoie et qui me fascine, donc de pouvoir jouer un peu leur histoire, évidemment au travers de la fiction, est un honneur. Je trouvais que la poésie et la beauté de l’histoire étaient plus grandes que le malaise que l’on peut ressentir.

bertheQ: Est-ce que ton personnage est sympathique?

Juliette: De prime abord, non, c’est un peu une peste. C’était assumé et voulu qu’elle soit une peste. Je pense que ça part d’un sentiment qui est très sincère à propos de son frère. Elle se sent mal-aimée. Elle est peste, mais il y a quelque chose de vrai et touchant qui se cache sous ses actions.

 

Q: Comment c’est de tourner avec André Forcier?

Juliette: C’est un grand grand grand bonheur. C’est une expérience tellement unique. Je ne pense pas que j’aurai pu faire ce film là et ce rôle là avec quelqun d’autre. Marc-André t’emmène vraiment au bout de toi-même. Je pense que c’est un personnage qui n’avait pas de limites et il fallait que je saute sans filet. Avec Marc-André qui m’attendait en bas, j’ai eu confiance.

 

Q: Si tu avais une seule chose à dire à tes pairs qui ne connaissent pas le cinéma de Forcier, ce serait quoi?

Juliette: D’abord, je leur dirais, voyons que tu ne le connais pas, tu devrais vraiment le connaître. Shame on you. Je commencerais par ça. (rires) Ensuite, je leur dirais de découvrir tout son oeuvre parce que c’est un grand cinéaste, touchant et poétique, qui raconte des histoires tellement simple. Les prémisces sont toujours simples, mais il arrive à les tordres dans tous les sens pour nous surprendre. Je pense que c’est un cinéaste qui surprend et qui touche. Voilà ce que je leur dirais.

 

Découvrez le personnage de Juliette Gosselin dans Embrasse-moi comme tu m’aimes en salle partout au Québec cette semaine. La semaine prochaine, au tour d’Émile Schneider de nous parler de la poésie de Forcier.