Entrevue avec Mylène MacKay

 

Cette semaine, nous nous entrenons avec la très belle et extrêmement talentueuse Mylène MacKay. Si ce n’est pas déjà le cas, vous aurez le coup de coeur pour cette étoile montante du cinéma québécois qui risque de raffler beaucoup de prix cette année avec ses performances passionnées au cinéma!

 

embrasse-moi-mylene-mackay

 

 

Question: Tu as vu le film pour la toute première fois aujourd’hui, quelles sont tes impressions?

Mylène MacKay: Je suis tellement fière de faire partie de ce film. Il y au moins 8 ou 10 scènes dont je vais me souvenir toute la journée et demain et après-demain. C’est incroyablement fort en fait. Il y a une puissance dans ce film là. André arrive à mélanger tragique et comique, on passe d’une scène à l’autre, on rit, on pleure; c’est bouleversant. C’est vraiment un grand film.

 

Q: Tu joues un personnage féminin fort, une jeune femme émancipée qui ne fait qu’à sa tête.

Mylène: Oui absolument, elle est assez hors de son temps.

Q: Quand tu as lu le scénario, quelle a été ta réaction?

Mylène: Je voulais le jouer! (rires) Je le lisais en sachant qu’on me proposait l’audition pour Marguerite puis j’ai tellement aimé sa force et sa liberté, donc c’est certain que j’avais envie de jouer ça. Puis oui, en effet, c’est un des personnages les plus libres du films et c’est une jeune femme. Je trouve ça absolument magnifique.

vlcsnap-2016-08-02-22h38m35s972

Q: Comment c’est de travailler avec André Forcier?

Mylène: Honnêtement, pour moi, ça a été un charme. Je n’ai pas souffert du tout de l’expérience, j’ai même adoré ça. Puis c’est un passioné, un rêveur, quelqun qui te partage toute sa passion du cinéma et son amour aussi des comédiens.

Avec André, si tu changes une vrigule, on arrête tout. On ne niaise pas avec le texte. De toute façon, tu n’as pas envie de changer son texte parce qu’il est tellement bien écrit. Je sais qu’il peut être dur, mais moi, je n’ai connu que le côté givré!

 

Découvrez Mylène MacKay dans Embrasse-moi comme tu m’aimes dès Vendredi. La semaine prochaine, au tour de Juliette Gosselin de nous raconter son personnage plus grande que nature, Berthe Sauvgeau.